Rechercher
  • Jerome Puech

"Vous êtes notre dernier espoir !"

Voilà ce que disent certains destinataires des colis alimentaires distribués par l’association Humanimes. Plus de 1 000 ont été distribués aux personnes les plus pauvres et isolées à Nîmes depuis le début de la crise sanitaire. Le président, Ahmed El Hanbali, témoigne de son action humanitaire.


Créée il y a 14 ans, l’association Humanîmes a pour objet la réalisation d’actions humanitaires avec l’organisation de maraudes auprès des Sans Domicile Fixe et le soutien d’un orphelinat à Meknès (ville marocaine jumelée avec Nîmes). « C’est en circulant à bord d’un camion sonorisé pour indiquer en plusieurs langues la nécessité de respecter le confinement que nous avons constaté que les personnes âgées handicapées et les familles monoparentales étaient isolées et avaient besoin de nourriture » explique Ahmed El Hanbali, président de l’association basée à Valdegour. Avec ses propres ressources, avec l’aide de supermarchés et d’entreprises comme la société Océan, l’association active son réseau institutionnel et de bénévoles pour organiser la distribution de colis individuels. On y trouve des denrées non périssables comme du riz, des pâtes, des conserves, de la farine, du sucre et bien d’autres ingrédients de base. De quoi tenir une semaine. Depuis le début de la crise, l’association a à son actif trois vagues de distribution dans les quartiers Valdegour, Pissevin, centre-ville, Mas de Mingue et Chemin-bas d’Avignon. En tout, ce sont près de 1000 paniers distribués.

Des personnes en larmes de joie


« Les personnes ciblées sont les retraités isolés, et parfois handicapés, non répertoriés par le Centre Communal d’Action Sociale. Nous avons aussi des familles monoparentales avec des enfants en bas âge » indique le responsable. Les retours sont évidemment positifs. « J’ai vu des personnes en larmes recevoir nos colis ou encore des gens me dire que nous étions leur dernier espoir » poursuit le président. Ces témoignages sont le carburant de motivation des 10 bénévoles qui se dépensent sans compter tout en respectant les mesures barrières contre le COVID-19. Nîmes est une des villes les plus pauvres de France avec 1/3 de la population vivant sous le seuil de pauvreté. La crise liée au coronavirus met cette catégorie en plus grand danger encore de précarité. Alors qu’elle semble toucher les Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV), elle se fait jour aussi en centre-ville. « En plus des quartiers Gambetta ou Richelieu, j’ai observé des foyers de pauvreté insoupçonnée comme derrière le Carré d’art » témoigne Ahmed El Hanbali. Les travailleurs précaires tels que les saisonniers de l’agriculture semblent coincés entre la nécessité de travailler et la peur d’être contaminés, eux puis leur famille, au contact des autres travailleurs.

Un élan de solidarité sans précédent

Ahmed El Hanbali


Un des enseignements de cette action est la formidable solidarité dont les associations, les commerçants et les particuliers font preuve dans cette séquence inédite de crise sanitaire et sociale. Des initiatives similaires existent en France avec l’association « Banlieue et santé ». Humanîmes vient d’être appelée par LIDL pour un don de 150 yaourts. Un restaurateur vient de donner 300 kilos de pommes de terre destinés à la poubelle. D’ailleurs l’association appelle tous les professionnels susceptibles de faire des dons d’invendus à les contacter. « Certains nous signalent tel voisin en grande détresse sociale et économique » pointe le président de l’association. Pour les particuliers, il est possible de faire des dons sur une cagnotte en ligne. Elle a permis déjà de récolter près de 5 000 euros. Enfin, il y a des commerçants qui offrent des lots pour organiser un concours comme ce coutelier nîmois qui s’est proposé spontanément de faire gagner ses couteaux originaux. « J’envisage de solliciter des clubs sportifs pour faire gagner des maillots de sportifs connus » conclut Ahmed El Hanbali. Papa de 3 enfants, il regarde l’avenir avec une grande inquiétude car à l’issue du confinement, la crise économique et sociale risque de faire des dégâts chez beaucoup de nîmois. En forme de vœu et d’espoir, il souhaite que « les gens sortent grandis de la séquence car il y a de belles personnes dans notre ville ». Un vrai humaniste, en somme.

Jérôme Puech

Contacter l'association Humanîmes: 06 19 81 90 05



0 vue

 

 

Une à Nîmes

uneanimeslemag@gmail.com

© 2018 Créé par Jérôme Puech

 

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now