Rechercher
  • Jerome Puech

J'ai testé pour vous "Menna"


Ce nouvel établissement propose une très bonne cuisine familiale et méditerranéenne avec des produits locaux. Le rapport qualité-prix est très favorable pour le client. A tester.




Depuis le 19 août, le restaurant semi-gastronomique «Menna» a pris la place du «Vintage» rue Fresque à Nîmes. Clémence et Jonathan ont décidé de se lancer dans cette affaire familiale après un long parcours dans la restauration. Ils se sont connus et ont notamment travaillé chez «Alexandre» le restaurant étoilé de Garons. Belle école d’apprentissage. En cuisine, Pascal, le papa de Clémence et Clémence, en salle de 30 couverts, Jonathan Coute et sa belle maman. Ce vendredi 24 septembre, Clémence est portée absente car elle vient d’accoucher de leur deuxième enfant. «Menna» utilise les syllabes de Clémence et de Jonathan. Je décide de tester leur «enfant professionnel» en m’installant sur la terrasse très agréable par beau temps de ce nouvel établissement. Le concept est celui d’une restauration «d’une inspiration méditerranéenne et qui met à l’honneur les produits du terroir». Ce jour-là, je compte 17 clients dont Denis Allegrini, patron du nouvel hôtel Chouleur en face et président de l’UMIH 30 (Union des Métiers et des Industries de Hôtellerie du Gard). Pour une adresse méconnue, c’est bien.


De l’art de cuisiner les produits de notre terroir




Une mise en bouche me permet d’ouvrir la curiosité de mes papilles. Il s’agit d’un tartare de taureau lié à l’huître. Très belle présentation et délicieux en bouche.




En entrée, je choisis le petit épeautre du Mont Ventoux lié à la tomme d’Arles, œuf de poule cuit ambré, quelques girolles et le jus d’une volaille (22 euros à la carte). Le chef agrémente le plat pour ma part de copeaux de truffes. Quel parfum exceptionnel. Je me régale d’autant mieux que j’accompagne mes bouchées de petits pains faits maison. Ils sont à la tomate séchée ou au maïs ou encore à l’ancienne. Je ne peux pas féliciter l’auteure, absente pour cause de maternité. J’enchaîne avec le taureau de Camargue AOP, mousseline de pois chiche, jus corsé à l’anchois (30 euros à la carte). C’est succulent. La présentation est très soignée comme le service. Cela passe encore mieux avec un verre de vin rouge des Costières de Nîmes, Château d’or et de gueules (le verre est à 7 euros). En dessert, j’opte pour le soufflé chaud à la vanille de Tahiti, extraction pur arabica, glace au foin (12 euros à la carte). Très original dans le goût et la présentation. Je n’ai pas demandé s’il s’agissait du fameux foin de Crau AOP. Le Pavlova la citronnelle semblait tout aussi délicieux me confirme mon voisin de tablée.





Un excellent rapport qualité-prix


Denis Allegrini exprime un grand « Validé » sur le rapport qualité prix et sur le fait que les plats sont tous issus d’un travail élaboré de cuisine. Je suis bien d’accord avec lui. Je recommande cette adresse en vous conseillant de prendre une formule à 22 euros pour deux plats ou la formule à 27 euros pour entrée-plat-dessert. La promesse des produits locaux est tenue avec l’emploi notamment de la brandade, de l’huile d’olives, du taureau de Camargue, de la tomme d’Arles, des figues de Solliès et des vins de la région bien sûr. Le service est d’une grande gentillesse et d’une belle bienveillance à bien des égards. Que redire alors ? Un petit manque de confort sur les chaises pliantes de l’extérieur tout au plus. Cette adresse mérite le détour sans aucun doute car elle mêle l’histoire d’une famille ancrée dans Nîmes et une cuisine fine des produits ancestraux de notre territoire. Pascal, le cuisinier s’était fait connaître à Saint Hilaire d’Ozilhan (près du Pont du Gard) avec son restaurant «La belle vie». Je vous recommande de découvrir comme moi «Menna», les yeux fermés. Le voyage culinaire en vaut le coup de fourchette.




Bonus : Jonathan (l’homme à la voix douce) m’a appris qu’il avait fait fabriquer ses menus par imprimeur nîmois qui s’appelle «Menu français» basé sur les collines de la ville.


Jérôme Puech


Menna

Restaurant

7 rue de Bernis, 30000 Nîmes

0466210445


Pour les amateurs: le Vittelo Tonato



1,370 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’USAM démarre bien contre Saran: 31-26.

Le président TEBIB avait prévenu: « tous les adversaires sont à prendre au sérieux même un promu comme Saran ». L’USAM a attendu la 7ème minute pour revenir à 3-3 grâce à un but de Desbonnet, son gard