top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJerome Puech

J’ai testé pour vous le restaurant de la boulangerie «Villaret»


Ouvert depuis la dernière féria, ce restaurant propose une pause de midi avec un excellent rapport qualité-prix. Des produits frais et locaux et une ambiance cosy aux plus près des racines de la plus ancienne boulangerie de la ville.


Je l’avoue : la boulangerie « Villaret » est ma boulangerie. J’y vais tous les jours car le pain est excellent. Les vendeuses, toujours souriantes et accueillantes, m’ont invité à parler de ce nouveau concept dans « Une à Nîmes ». Je me suis laissé tenter et je suis entré dans la pièce d’à côté du 13, rue de la Madeleine. Celle qui abritait le traditionnel four à pain, encore visible (voir photo ci-dessous). Cette boulangerie a été fondée en 1775. Elle s’est illustrée à Nîmes par ses fameux « croquants » Villaret. Cette pièce voûtée est climatisée. Elle est intimiste. Dix huit places seulement (contre 30 sur la place de l’Horloge en extérieur). La décoration Cosy est sobre et de bon goût. Les serviettes en papier sont siglées de l’enseigne. Les couverts semblent en argent. Chaque détail semble avoir été pensé pour que chacun se sente bien dans cet endroit niché dans le vieux Nîmes. Enfin, les murs sont ornés de photographies anciennes. L’âme du lieu vous enveloppe dans ses bras plein de farine.


Clin d’œil à l’histoire du lieu



Côté assiettes, le restaurant propose une formule différente tous les midis. Les prix sont très intéressants : Plat 12 euros, Entrée + plat 14 euros et Entrée+plat+dessert 17 euros. Il est possible de découvrir le menu du jour sur leur page Facebook ou sur leur compte Instagram. Ce midi, j’ai la chance de déguster un mesclun de fraises, fleurs et bourrache. En plat, j’opte pour un succulent crumble de saumon frais, poireaux et parmesan. En accompagnement, j’apprécie la crème de carottes fanées, lait de coco et orange. Diabétique, je ne succombe pas aux desserts : les pâtisseries en vitrine et les glaces aux sorbets faits « maison ». Je garde un souvenir ému de celle au « Mojito » avec des tuiles merveilleuses. Je finis par un thé. La petite surprise, c'est de trouver au bord de ma tasse un petit « croquant Villaret ». Le clin d’œil à l’image et l’histoire de la maison Villaret est présent dans cette délicate attention.


Un menu équilibré et peu cher



Mon verdict est simple : je me suis régalé. Excepté le crumble un peu « bourratif au début », j’ai aimé ces petits plats devant moi. Avant le repas, la serveuse m’a apporté une crème de betteraves ainsi qu’une eau parfumée au citron. J’ai donc mangé équilibré et plein de fruits (fraises, orange, coco et citrons) et légumes (betteraves, poireaux, carottes). Ma maman féliciterait la cuisinière rien que pour cela. Cette pause déjeuner était quasi-parfaite avec un service plein de sollicitude. Ma voisine de droite se fait l’avocate du burger charolais qu’elle apprécie sans modération. Un panneau m’indique que la viande a été prise à la ferme du Cantal aux halles, tout près. L'intention de servir des produits locaux et frais s'affiche pour ceux qui ne l'observeraient pas dans leurs belles assiettes.


Je recommande donc cette adresse avec la ferme intention de revenir «bruncher» ici le dimanche matin sur la place de l’horloge gorgée de soleil. Je remarque que l’endroit est prisé de jeunes nîmoises trentenaires très chics. Elles sont 10 sur les 14 clients de ce midi enchanteur. L’addition de 16,5 euros (entrée+plat+thé) me convient tout à fait.


Jérôme Puech


Maison Villaret

13, rue de la Madeleine à Nîmes

De préférence, il faut réserver à l’avance au 04 66 67 41 79

Ouvert seulement le midi du mardi au dimanche inclus.



Le burger charolais de ma voisine de droite

2 345 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page