top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJerome Puech

J’ai testé pour vous « le coin » !


Le restaurant de la rue Jean Reboul s’est installé récemment en lieu et place du bar musical « Le bada bing ». Ambiance fingers food à la bonne franquette. Quelques petits détails sont à améliorer.


Ce jeudi 29 mars au soir, je décide avec mon ami Ariel d’aller diner à cette toute nouvelle adresse dont la presse locale et les réseaux sociaux. « Le coin » se situe au début de la rue Jean Reboul, au coin avec la rue Bigot. Revoilà Paul Salvador, ancien responsable du Vintage. « Le coin » n’est pas à confondre avec le bar « Le bon coin » ou le site de bonnes affaires en ligne. Il s’est installé en lieu et place du bar musical « le Bada Bing ». C’était auparavant une vieille armurerie. On l’aperçoit dans le film de Lecomte, « Tango » sorti en 1993. L’âme du lieu ne s’est pas encore nichée. Il y a de l’écho avec la grande hauteur de plafond. Il manque de quoi absorber du son pour créer une ambiance feutrée.


Bien conseillés sur le vin


La serveuse assise


Après le cadre, l’ardoise. Elle propose 6 choix seulement avec une formule de trois petites assiettes à 18 euros. Bon marché. La serveuse nous prend la commande en s’asseyant près de nous. Original. Nous optons pour les brochettes de magret de canard Teriyaki. Vive le coin, coin ! Des légumes à la thaï et rillette de poissons. C’était bon et bien présenté mais pas de quoi rassasier un homme fort. Nous sommes bien conseillés sur les vins. La belle blonde, lunettes sur le nez, attire notre attention sur les vins BIO fait par des femmes. L’une d’entre elle se trouve justement à quelques pas de nous.


Le canard


Nous ne sommes pas au restaurant. Disons entre le bar à vins et le restaurant à tapas sans tapas mais avec des petites assiettes à la française et selon l’humeur du couple qui tient le bon coin. Autre coin, je scrute la scène, désespérément vide à me remémorant les concerts endiablés comme celui des Milliardaires. Des amis nous rejoignent et se réjouissent de déguster un verre de vin appréciable à 5 euros. La soirée se déroule dans une bonne humeur relative. Laissons au coin le soin d’habiter l’endroit et de le faire vivre avec des événements festifs. Nous filons retrouver la cave dArthur pour retrouver l’identité musicale chère à Laurent Auday. C’est peut être un détail pour vous mais pour lui cela veut dire beaucoup, d’être caché dans « son coin » à lui. A droite. La note est raisonnable avec une assiette de 18 euros à partager et 10 euros de vin chacun. Total à deux 38 euros. 19 euros par tête de coin, coin. Pan sur le bec.



Jérôme Puech


Rillettes de poisson


Le coin

Rue Jean Reboul

Nîmes

Pas d’info trouvée sur le Net (horaires, jour d'ouverture, téléphone, avis...)

1 799 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page