Rechercher
  • Jerome Puech

J'ai testé pour vous "La vida"

Ouvert depuis 7 mois, le restaurant « La vida » est basé chemin du Carreau de Lanes dans le complexe sportif. Son concept : la cuisson à la braise et des produits locaux. Verdict positif.



Cela fait au moins 7 mois, soit depuis l’ouverture, que je voulais tester le restaurant « La Vida», chemin du Carreau de Lanes. Par deux fois, j’ai eu portes fermées, un mercredi notamment puis Victor Jalaguier m’a contacté par Whatsapp pour venir tester son établissement. Alors nous y voilà ! C’est un lieu que je connais bien pour avoir échangé des balles de tennis avec des amis mais aussi pour quelques repas quand le restaurant était géré par Mikis Mansouri (ex-Comédie Club). On me souffle à l’oreille qu’il est un client régulier de cette adresse. Compte tenu du lieu, très excentré, je ne m’attendais pas à une si belle affluence un mardi midi. Parking plein. Deux salles copieusement garnies par environ 70 personnes. Il y a même Florent Touzelier (patron de La Noche et de la Brasserie Césarine) qui perd quelques gouttes de sueur en contre bas dans un terrain de paddle tout neuf.



Un concept proche de l’identité locale

Le concept de cette brasserie s’appuie sur une identité culinaire nîmoise à base de fournisseurs locaux (Sylvain aux halles, côté Fish, Villaret pour le pain, la viande à la ferme du Cantal …), un cadre merveilleux (surtout aux beaux jours avec la piscine accompagnée de sa verdure) et une cuisson à la braise. Victor est le fils d’Olivier Jalaguier, un publicitaire connu à Nîmes pour s’être essayé à la chose publique. Il déjeune juste derrière moi. Victor a fait ses classes chez Bocuse et il a traîné sa jeunesse d’âme en Espagne, à Madrid et à Séville. Des inspirations pour sa situation d’aujourd’hui et pour le nom espagnol du lieu « La vida ». Tout « Nîmes » fait écho chez Victor. Je ressens un attachement sincère à sa ville et ses identités. Cela se voit et s’apprécie dans la cuisine de Pierre Bousquet, son chef. Rien à voir avec le nom du maire le plus apprécié des nîmois entre 1983-1995. « C’est quelqu’un que j’ai déniché à Montpellier » sourit Victor.



Des produits en circuit-court

Bien sûr, il y a une formule de midi que je dribble dès l’annonce des « œufs mimosas (6,5 euros) et sauté de dinde à la braise (14 euros) ». J’opte pour le tartare de thon.



Tout le poisson est pris chez Côté Fish. La référence dans la cité des Antonins. L’assiette est belle, bien présentée. C’est bon et idéalement assaisonnée. J’aurais aimé en déguster davantage. En plat principal, je choisis les Picana de la ferme du cantal – 26 euros - (présent aux halles de Nîmes) et ses légumes-frites. Les légumes sont excellents. Ils viennent de chez Cissou de Ners (Gard). C’est le même fournisseur pour lequel j’ai consacré ma dernière émission culinaire (à revoir). La cuisson de la viande à la braise s’apprécie à ce moment précis. La viande est savoureuse, tendre à souhait.



Les frites m’ont fait penser à Big Fernand mais en mieux. Encore un Victor (Hugo) du nom du boulevard où est installée l’enseigne. J’ai hésité avec la truite BIO du Vigan pour rappeler mes origines cévenoles. « C’est la famille Camplo qui me sert » me précise Victor.


Tous les desserts à 9 euros



Niveau dessert, ne sachant pas quoi choisir je prends le café-gourmand qui me permet de tester plusieurs desserts à la fois. Ils sont tous à 9 euros y compris le café gourmand. C’est fin et copieux. J’ai droit à quatre petits desserts. De quoi perturber un peu mon diabète pour l’après-midi. Tant pis. J’aurai prendre mes affaires de tennis pour éliminer illico le sucre engrangé. Les installations et le temps clément nous y invitent avec bonheur. Le restaurant «La vida » est à tester. Il s’adresse à cette génération nîmoise des trentenaires qui entreprend et n’a pas froid aux yeux. On a envie de venir passer une soirée entre potes un de ces week-end pour ne pas avoir à reprendre vite le travail dans l’après-midi. Raison de plus, la carte des vins nous tente. Elle vient d’être renouvelée. Elle est à découvrir. Je repars heureux en fredonnant le titre de Manu Chao: "La vida tombola".


Jérôme Puech

Addition : 49 euros

Tartare de Thon 14 euros – Picana de la ferme du cantal 26 euros – Café gourmand 9 euros

J’ai été invité par le responsable



Restaurant La vida

1530 Chemin du Carreau de Lanes, 30900 Nîmes

Ouvert du mardi au dimanche midi + vendredis et samedis soir

Tél. 07 89 21 70 74 – 04 66 84 11 46

1 531 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout